livres
Littérature (en français)
"Cinq Zinnias pour mon inconnu"
Marie-France Clerc
"L’auteure
Après une carrière dans l’Éducation Nationale, Marie-France Clerc, agrégée de Lettres se consacre à l’écriture. Dans Cinq Zinnias pour mon inconnu, elle fait connaître la figure de Zinovii, patriote ukrainien qui lutta de 1917 à 1921 pour l’indépendance de l’Ukraine, et celle de son épouse, Maroussia, qui chantait pour oublier que la famine et la Terreur décimaient là-bas leurs proches. Tous deux choisirent la France pour enraciner leur descendance heureuse en terre de liberté..
====================================================================
Quelques réactions des lecteurs
« Merci de ce voyage. Amitiés ! » Brigitte Macron, 23 avril 2018 « Sachez que ce précieux travail de mémoire et de transmission, que vous effectuez  auprès des jeunes générations vous honore. » Anne Hidalgo, Maire de Paris, 30 mars 2016 Passionnant. « Chère Marie-France, j’ai bien reçu et lu votre manuscrit. J’y ai trouvé de nombreux passages passionnants, notamment sur l’histoire de l’Ukraine, sur la grande famine, une histoire qui reste à transmettre, de très belles pages aussi sur l’exil, le déclassement, le choix entre la statut et l'honneur… J’ai transmis votre manuscrit à Grasset.
Bien cordialement, Caroline Fourest ». 23 août 2015 Vous êtes une ambassadrice ! « Votre livre : votre histoire … mais aussi celle de milliers d’Ukrainiens, dont je fais partie ! […]. J’ai pleuré, car certains passages me décrivent, personnellement. Merci d’avoir su mettre des mots sur nos interrogations, nos désespoirs, nos peines encore si méconnus du grand public. L’Ukraine est en nous, et vous en êtes une ambassadrice extraordinaire. Merci!!! jenyrek10, 12 mai 2018 Une grande œuvre… « Chère Marie-France, je termine à l’instant votre livre. Remarquable sur le plan de l’écriture et bouleversant par le récit de l’histoire tragique de votre famille. Merci infiniment! Cette œuvre est cruciale et fondamentale pour témoigner de l’histoire de l’Ukraine au XXe siècle! J’ai également beaucoup apprécié vos références aux événements de l’actualité d’août 2014 … Votre talent d’écriture est immense car on ne se lasse pas de vos descriptions de ces journées de vacances toute simples, passées avec vos petits-enfants dans cette villa en Provence. J’ai retrouvé le plaisir que j’avais ressenti lorsque, enfant, je lisais les livres de Marcel Pagnol (et ce temps long est précieux). Ce merveilleux séjour familial permet de supporter le récit de l’indicible et la douleur immense des souffrances subies en Ukraine au XXe siècle! Une grande œuvre à lire absolument! » Laure Arjakovsky, 8 avril 2018  Faire aimer l’Ukraine ! « J’espère que votre livre sera lu par beaucoup de personnes et fera aimer et connaître notre chère Ukraine ! » Alésia Richard née Kreczanik, 31 janvier 2018 Une fin inattendue, inespérée… « Un livre émouvant sur l’exil de vos grands parents ; une « enquête » sur le passé, l’Histoire de l’Ukraine malmenée (le mot est faible) par le régime soviétique, et que je ne connaissais pas. Le choix de raconter l’histoire de Zinovij et Maroussia à la façon de « lectures du soir » d’une grand-mère à ses petits enfants (histoire de loups assaisonnée de moutarde :-; ) est vraiment une très bonne idée ! Moi aussi j’étais une enfant qui attendait la suite avec impatience ! La fin du roman est inattendue et inespérée, la réalité dépasse la fiction et l’émotion vous gagne. » Marie-Catherine Rostain 8 avril 2018 Une légèreté pleine d’espérance. « Le dernier Zinnia a fleuri et j’ai attendu quelques jours pour laisser les émotions reprendre leur place, dans l’apaisement mais non dans l’oubli. […]. Ma propre histoire et la vôtre présentent bien des similitudes, mais si les atrocités du régime soviétique sont maintenant bien connues en Occident, l’Histoire de l’Ukraine l’est beaucoup moins et il était important d’en parler puisque ce pays est toujours la cible d’un pouvoir qui n’a rien à y faire.
J’ai aimé cette façon dont vous avez tissé votre récit où s’entremêlent les fils du passé et du présent, où les émotions douloureuses alternent avec les moments heureux partagés avec les petits-enfants ; cette construction donne à votre ouvrage une formidable légèreté pleine d’espérance en dépit du côté écrasant et déshumanisé du contexte historique. » Chirinsky Tamara, 22 février 2018 Qui aide l’Ukraine ? « Issue moi aussi de grands-parents immigrés (espagnols), j’ai ressenti de la douleur à la lecture de Cinq zinnias, une douleur provoquée par le sentiment d’injustice immense que le peuple ukrainien a endurée à l’époque, et encore aujourd’hui : la révolte n’est pas éteinte, la fierté d’être ukrainien est encore vive ! Mais aujourd’hui, que font les autres pays pour aider l’Ukraine ? » Mireille Bueno 3 septembre 2017 J’ai été intimement touchée…« …Oui je l’ai aimé, votre livre ! Et je veux le faire lire, pour que votre mémoire de ce passé se sème dans d’autres mémoires, pour n’en rien oublier avec le temps. …Un beau récit pour tenter de comprendre une page d’Histoire dont je n’avais pas mesuré la gravité jusqu’à sa lecture. Merci pour cette lumière qui éclaire des événements tenus délibérément obscurs et que vous savez si bien révéler. J’ai été profondément et intimement touchée. » Marie Moscardini, 26 août 2017 Votre livre me bouleverse… « J’ai le sentiment de lire ce que j’aurais aimé écrire. Les mots, les silences, les secrets gardés sont mon histoire. Votre livre me bouleverse, il exprime tout ce que j’ai  ressenti… » Elvire Karmalecki-Sauce, 13 mai 2016 Des zinnias qui font écrire ! « …L’histoire de Zinovij et surtout de Kost, son frère, est vraiment passionnante. Je voulais vous dire que grâce à vous, j’ai eu l’envie, le courage de commencer l’écriture de la vie de mes grands-parents ! » Nicolas Bogatirchouk, 31 mai 2016 La sitch de Provence ! « Marie-France Clerc, en excellent écrivain, nous emmène avec Natalie, depuis sa « sitch » de Provence, avec ses petits-enfants, au cœur d’un paysage jaune et bleu […]. La « sitch », cette forteresse, foyer de lutte des cosaques Zaporojes, est le lieu même d’où avec talent, elle mêle souvenirs, histoire, impressions et présent en une fertile pensée à la gloire de ce pays, cœur de notre propre civilisation ! » Monseigneur Leonid Achard, 9 septembre 2018 Une natte tressée de souvenirs…« Ce roman – c’est comme une natte tressée des souvenirs de 5 générations de mes compatriotes en Ukraine et en France, une lecture très passionnante et enrichissante… J’ai lu et relu le roman avec un grand plaisir et je le recommande à tous ceux qui portent notre chère Ukraine dans leur cœur… » Dolyuk Bagnacci Mariya 22 janvier 2018"
Prix 18,00 € TTC
+ livraison
Feuilletez le livre s.v.p.